Nouvelles - 15 mai 2019

Les start-ups proposent des solutions technologiques propres et rentables

CNUCED

Ecrit par UNCTAD 3 min de lecture

Info

Cette page, initialement publiée en anglais, vous est proposée en français avec l’aide de traducteurs automatiques. Un retour ? Contactez-nous

Il existe des solutions commerciales pour protéger notre environnement et promouvoir la prospérité de tous. Elles doivent simplement être adoptées et soutenues.

Cet article a été publié à l'origine par la CNUCED. Voir l'article original ici.

La protection de l'environnement est rentable et ne nécessite pas d'investissements massifs, ont déclaré les participants à un événement organisé le 14 mai lors de la Commission des Nations unies sur la science et la technologie pour le développement (CSTD).

L'événement, intitulé " Get Up, Stand Up, Start Up for Green Goals", a présenté cinq start-ups dynamiques qui ont conçu des solutions innovantes et rentables aux défis du développement durable dans les pays en développement et dans le monde entier.



Bertrand Piccard, pionnier de la Fondation Solar Impulse, Isabelle Durant, secrétaire générale adjointe de la CNUCED, Thapelo Olopeng, ministre botswanais de l'enseignement supérieur, des sciences et de la technologie, et Akaliza Keza Ntwari, entrepreneur rwandais, ont discuté de la manière dont les start-ups pouvaient contribuer à résoudre les problèmes urgents de développement.

"Lesobjectifs de développement durable ne seront atteints que si tous les acteurs se retroussent les manches et travaillent ensemble à la recherche de solutions", a déclaré Mme Durant en animant l'événement qui s'est tenu au Palais des Nations à Genève, en Suisse.

La qualité avant la quantité

"Lacroissance quantitative était possible dans les années 50, lorsque nous avions 2 à 3 milliards d'habitants sur la planète. Aujourd'hui, avec 8 milliards de personnes, nous avons besoin d'une croissance qualitative", a déclaré M. Piccard.

Le pionnier et visionnaire du solaire a déclaré que le monde devait remplacer les systèmes énergétiques inefficaces qui étaient utilisés depuis plus de 100 ans par des technologies efficaces, qui existent dans le monde entier et qui sont rentables.

Il a déclaré que les pays en développement avaient un énorme avantage car ils pouvaient mettre en œuvre des solutions nouvelles et innovantes sans avoir à surmonter les vieilles idées axées sur une production et une consommation non durables.

"Laprotection de l'environnement est un marché. Elle crée des emplois. C'est bon pour l'économie", a-t-il déclaré, appelant à un niveau d'ambition plus élevé de la part de tous les acteurs dans le traitement des questions de développement, y compris le changement climatique.

Selon lui, les solutions de développement ne doivent pas nécessairement être énormes ou coûteuses.

"Nous n'avons pastoujours besoin de transfert de technologie. Parfois, tout ce dont nous avons besoin est un transfert de compassion, pour comprendre la vie d'autres personnes et utiliser nos connaissances pour la soutenir".

Un environnement favorable

Offrant une perspective de pays en développement, M. Olopeng a déclaré que les gouvernements devaient fournir des incitations et des politiques pour encourager les petites et moyennes entreprises à stimuler leurs activités. Il a souligné des exemples d'incitations fournies par le Botswana.

"Les start-upspeuvent aider à créer des emplois et contribuer au PIB du pays", a déclaré le ministre, "il doit yavoir un lien fort entre elles et les décideurs".

Mme Ntwari, une entrepreneuse multimédia et membre du Groupe de haut niveau du Secrétaire général des Nations unies sur la coopération numérique, a raconté son parcours d'entrepreneuse et son travail de mentorat de jeunes start-ups au Rwanda.

"Legouvernement ne peut pas fournir des emplois à tous les jeunes. Je les encourage donc à créer des entreprises car lorsqu'ils le font, ils inspirent les autres à faire de même", a déclaré Mme Ntwari, soulignant la nécessité pour les entrepreneurs de partager leurs expériences et d'encadrer les autres.

La vitrine des start-ups

Les start-ups qui ont présenté leurs solutions innovantes et rentables et qui sont soutenues par la World Alliance for Efficient Solutions, une organisation non gouvernementale suisse créée par la Fondation Solar Impulse, étaient :

  • Eco-Tech Ceram, qui propose une solution innovante et durable de stockage de l'énergie.
  • Spouts, qui permet d'accéder à de l'eau potable sûre et propre grâce à la production et à la distribution de filtres à eau en céramique.
  • hiLyte, qui vise à fournir une énergie propre et bon marché aux personnes qui utilisent encore du kérosène pour l'éclairage.
  • Sabella, qui est un pionnier dans le développement de turbines marémotrices et à courant océanique et qui fournit des solutions énergétiques fiables, clés en main, dans le monde entier.
  • Premium Hortus, qui développe l'agroécologie par le commerce électronique de produits biologiques, la production et l'aide aux agriculteurs.

L'événement, qui a été diffusé en direct sur Facebook, a été qualifié de "rafraîchissant" par divers participants, dont des représentants du gouvernement, des chefs d'entreprise et des représentants de la société civile.





L'événement a été organisé dans le cadre de la collaboration entre la CNUCED et l'Alliance mondiale pour des solutions efficaces afin d'apporter des énergies renouvelables en Afrique.



Cet article a été publié à l'origine par la CNUCED. Voir l'article original ici.

Ecrit par UNCTAD le 15 mai 2019

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis !