Nouvelles - 4 août 2021

Le parcours d'un innovateur : CCm Technologies. #BehindTheLabel

Les deux fondateurs de CCm Technologies : Le professeur Peter Hammond (CTO), et Pawel Kisielewski (CEO).
- Photo par CCm Technologies : Professeur Peter Hammond (CTO), et Pawel Kisielewski (CEO), les deux fondateurs.

Ecrit par Marine Soudais 4 min de lecture

Info

Cette page, initialement publiée en anglais, vous est proposée en français avec l’aide de traducteurs automatiques. Un retour ? Contactez-nous

J'ai eu la chance de discuter avec Pawel, le PDG de CCm Technologies, de son expérience avec le label Solar Impulse. J'ai beaucoup appris sur sa solution, comment et pourquoi il a décidé d'obtenir le label et ce qui s'est passé depuis. Voici quelques notes de la discussion.

Pouvez-vous vous présenter et présenter votre solution ?

Je suis Pawel Kisielewski, le PDG et cofondateur de CCm Technologies.

Le procédé créé par CCm Technologies Ltd. combine 3 composants : Le CO2, les déchets fibreux (ex : peau de pomme de terre, herbe, paille, copeaux de bois...) et l'ammoniac. Une fois combinés, le résultat est triple. Premièrement, une quantité importante de chaleur est libérée (qui peut être utilisée pour le bénéfice économique des opérateurs). Deuxièmement, cela ajoute de la valeur à un produit en transformant les déchets en engrais de haute qualité. Enfin, aucun sous-produit n'est produit. L'empreinte carbone du procédé CCm est déjà inférieure de 80 % à celle des engrais minéraux existants sur le marché.

High grade fertiliser


Nos opérations actuelles sont basées au Royaume-Uni pour CCm Technologies, avec toute notre automatisation et notre contrôle du système complet sur le cloud Microsoft Azure.

Avec 50 unités CCm en fonctionnement, elles peuvent produire chacune environ 10 000 tonnes d'engrais par an, ce qui, avec le processus, éliminerait 1,75 million de tonnes de CO2e par an. Pour vous donner une idée, cette élimination du carbone équivaut à retirer 375 000 voitures de la route chaque année, et l'impact des technologies CCm va plus loin.


L'un de nos futurs projets prévoit un partenariat avec Pepsico. Pepsico est le plus grand fabricant de chips au monde, avec des marques telles que Lay's et Walkers. Grâce à nos unités CCm, les déchets de pommes de terre seront transformés en engrais, ce qui pourrait rendre un sac normal de chips net zéro !

Voici un exemple du processus pour un client tel que Pepsico :

  • Le processus CCm utilise les déchets fibreux (dans ce cas, la peau de la pomme de terre) et les combine avec l'ammoniac récupéré des flux de déchets du traitement de l'eau et d'éventuels autres processus de déchets alimentaires.
  • En recouvrant les déchets fibreux d'ammoniac, il permet au dioxyde de carbone (que nous tirons d'un flux d'échappement) de se fixer à ce mélange.
  • CCm transforme le mélange de CO2 et d'ammoniac capturé en nitrate d'ammonium stabilisé et en craie.
  • CCm ajoute des matières phosphorées et potassiques d'origine durable au gâteau organique provenant de l'unité de bio-digestion de l'usine.
  • La matière résultante est transformée en un composé d'engrais spécifique d'azote, de phosphore et de potassium pour une production optimale de pommes de terre, puis revendue à la chaîne d'approvisionnement.
  • Les économies résultant de la réduction des émissions, du transport des déchets et de la vente d'engrais produisent des rendements spécifiques au projet compris entre 13 et 15 % de TRI.

Notre solution est bonne pour l'environnement, mais aussi pour l'agriculteur, car elle ne modifie pas l'infrastructure et permet d'obtenir des rendements et une qualité de protéines identiques, voire légèrement supérieurs, tout en réduisant de 10 % la quantité d'azote utilisée. Il s'agit d'une technologie logique prête à être mise en œuvre à l'échelle commerciale.


Grâce à notre technologie, toute industrie qui rejette du CO2 dans l'atmosphère pourrait utiliser nos unités pour capter son CO2 et le transformer en engrais. Notre technologie aura toutefois un impact plus important sur les secteurs des eaux usées, de l'agriculture et des déchets alimentaires. Ce sont les trois principaux secteurs que nous ciblons".

Il est important de noter que cette technologie peut décarboniser les émissions de CO2 qui se produisent le long de la chaîne de valeur d'une entreprise (également appelée portée 3 des émissions). Il s'agit de la plus grande partie des émissions d'une entreprise et pourtant la plus difficile à traiter, ce qui rend cette technologie encore plus précieuse.

Comment avez-vous entendu parler du label Solar Impulse ?

J'ai entendu parler du label pour la première fois en 2018, lorsque j'ai vu Bertrand Piccard être interviewé. J'ai tout de suite aimé que la durabilité et la rentabilité soient au cœur de son message. Cela a vraiment résonné avec ce que nous faisons chez CCm Technologies puisque notre solution incarne cette idée. Je crois également que les solutions durables peuvent être mises en œuvre dès maintenant, en ayant un impact positif important sur la planète, sans nécessairement devoir payer un prix plus élevé pour fonctionner.

Pourquoi avez-vous voulu obtenir le label ?

À la fin de 2019, non seulement nous aimions le message, mais il semblait maintenant vraiment précieux en termes de crédibilité d'obtenir le label. Nous voulions également être associés à la Fondation et être promus par Bertrand Piccard. Ces deux raisons nous ont encouragés à rechercher le label.

Comment avez-vous trouvé le processus de demande de labellisation ?

La réponse honnête à cette question est que c'était brutal ! Il nous a fallu quelques jours pour remplir le formulaire requis par l'équipe technique de Solar Impulse. Nous avons ensuite échangé des questions et des réponses avec les experts pendant 4 mois. Deux groupes d'experts nous ont été assignés pour s'assurer que notre solution pouvait être labellisée. Si d'un côté nous avons dû travailler dur pour obtenir l'accréditation, de l'autre c'était une confirmation claire du sérieux de ce label. Le fait qu'il ne soit pas distribué facilement le rend plus crédible et plus précieux.

Avez-vous tiré des enseignements des commentaires des experts ?

Les experts nous ont posé plusieurs questions qui ont remis en question nos idées. Cela n'a en rien modifié la solution, mais nous a plutôt aidés à mieux nous préparer à ces questions. Peu après le processus d'étiquetage, nous avons lancé une série de financement A. Les experts ont posé les mêmes questions aux experts. Ils ont posé des questions similaires aux experts ; nous étions donc mieux préparés puisque nous avions déjà réfléchi aux réponses.

Depuis lors, quelles sont les opportunités dont vous avez bénéficié grâce au label ?

Nous avons participé à un E-pitch en 2020 (organisé par la Fondation Solar Impulse). En effet, chaque mois, la Fondation organise un événement avec un partenaire où 6 à 8 solutions ont la possibilité de pitcher devant des investisseurs, où en moyenne 1 solution obtient un financement après l'événement. Nous n'avons pas obtenu le financement par ce biais, mais l'entraînement au pitch a été inestimable. Nous avons également réalisé que le label nous a donné une validation solide pour le cycle de financement. La communauté des investisseurs commence à se familiariser avec la Fondation ; l'octroi d'un label Solutions ajoute une valeur positive au processus de Due Diligence. Le pitch de 5 minutes nous a semblé plus long que d'habitude, compte tenu de l'état d'esprit positif des investisseurs et de leur capacité à approfondir notre entreprise grâce à la plateforme web de la Fondation.

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis !