Nouvelles - 14 décembre 2018

Garantir une transition juste : la clé du succès des négociations sur le climat

l'exploitation du charbon

Ecrit par Tristan Lebleu

Info

Cette page, initialement publiée en anglais, vous est proposée en français avec l’aide de traducteurs automatiques. Un retour ? Contactez-nous

La Pologne n'abandonnera pas son secteur de l'extraction du charbon. En accueillant la conférence dans la ville minière de Katowice, en saluant les délégués avec "l'orchestre des mineurs de charbon polonais", en exposant du savon au charbon et des bijoux sur leur stand, en le décorant avec des tas de charbon et en parrainant les discussions avec les industriels du charbon, les Polonais ont fait connaître leur point de vue très clairement. Le discours d'ouverture du président polonais a laissé peu de place au doute : "Nous avons des réserves pour 200 ans, et il nous serait difficile de renoncer au charbon - grâce auquel nous avons la souveraineté énergétique".

Bien que beaucoup l'aient qualifié de provocateur, le message polonais a réussi à mettre sur la table un sujet très important : la "transition juste". Ce sujet a été l'un des thèmes centraux ici à Katowice, avec des dizaines de conférences sur le sujet. Comment un pays, dans lequel 80 % de l'électricité provient actuellement de centrales à charbon et qui compte environ 100 000 personnes travaillant dans les mines de charbon (selon Euracoal), peut-il passer à une énergie propre sans en laisser beaucoup sur le bord de la route ? Assurer une "transition juste", c'est répondre à cette question. Le 3 décembre, Michal Kurtyka a annoncé l'adoption de la "Déclaration de Silésie sur la solidarité et la transition juste", signée par 54 dirigeants mondiaux."Le choix que nous faisons n'est pas entre les emplois et l'environnement naturel, mais entre les deux ou aucun" a déclaré le président polonais Andrzej Duda dans son discours d'ouverture.

Et il ne s'agit pas seulement de la Pologne. "Ceci (la Déclaration de Silésie) est très pertinent pour le continent africain. Certains pays d'Afrique ont d'énormes ressources en charbon. Il est très difficile d'en retirer ces pays. Ils veulent savoir qui va payer les coûts", déclare Joao Duarte Cunha, directeur du financement du climat à la Banque africaine de développement, rencontré sur le pavillon du Maroc à la COP24. Aujourd'hui, le charbon représente 29 % de l'approvisionnement énergétique mondial et génère 44 % des émissions mondiales de CO2.

"La transition vers une énergie propre va faire des gagnants et des perdants. Et nous devons trouver un moyen de faire participer les perdants", ajoute Joao Duarte Cunha. Trouver de nouvelles opportunités d'emploi et requalifier les travailleurs est donc l'une des priorités de la transition juste. Cela peut se faire dans le domaine des énergies renouvelables, bien sûr, mais pas seulement. L'innovation, et en particulier l'innovation sociale, peuvent être de puissants moteurs de développement économique, comme le souligne notre partenaire Climate-KIC. "Il y a déjà beaucoup d'innovation sociale en cours en Haute-Silésie. On peut la voir dans des endroits comme Dąbrowa Górnicza avec son usine pleine de vie, Living Street et les initiatives Yes App, le jardin communautaire de Gliwice et le Hackerspace à Katowice", déclare Climate-KIC dans un récent communiqué. "Ce qu'il faut donc, c'est une approche audacieuse et visionnaire venant de la région, qui embrasserait les aspects économiques, environnementaux et sociaux d'une transition juste et mettrait les citoyens au cœur des choses, et leur donnerait les moyens d'innover. Seconcentrer sur des valeurs, des croyances et des aspirations communes renforcera encore ces efforts". L'IET Climate-KIC a lancé un programme spécifique pour aider les régions industrielles à passer à des économies à faibles émissions de carbone grâce à l'innovation. Connu sous le nom de " Re-Industrialised Labs", ce programme est basé sur l'engagement des citoyens et l'innovation de masse.

Les politiques publiques sont la clé de ces changements socio-économiques. Mais l'investissement l'est tout autant. La Banque européenne d'investissement a montré l'exemple en investissant plus de 200 millions d'euros dans la ville de Katowice pour la soutenir dans sa transition vers une économie propre. Lors de la COP24, la BEI a également annoncé un prêt de 29 millions d'euros pour financer le complexe de Posejdon, le premier bâtiment à émissions quasi nulles en Pologne. Le Fonds vert pour le climat participe également activement à l'aide aux régions émettrices de carbone pour les aider à passer à des économies propres. "50% de notre argent est investi dans des projets d'adaptation", déclare Simon Wilson, responsable de la communication du GCF. La Banque mondiale a également fait une annonce importante lors de la COP24 en s'engageant à doubler ses plans d'investissement pour les projets à faible émission de carbone, pour les porter à 200 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années."Le changement climatique est une menace existentielle pour les plus pauvres et les plus vulnérables du monde", a déclaré le président du groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

Dans l'ensemble, la transition équitable consiste à faire participer tout le monde. Comme nous le savons très bien maintenant, la transition vers les énergies propres ne fonctionnera que si elle bénéficie d'un soutien public massif, et il est essentiel d'aider les travailleurs qui dépendent de technologies et de sources d'énergie dépassées à s'adapter à ce changement. La transition équitable consiste à donner de l'espoir à tout le monde.

Ecrit par Tristan Lebleu le 14 décembre 2018

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis !