Nouvelles - 3 avril 2024

"L'UE ne peut pas continuer à bloquer les investissements dans les infrastructures pour les combustibles fossiles.

Ecrit par Alessandro Gaillard 2 min de lecture

Info

Cette page, initialement publiée en anglais, vous est proposée en français avec l’aide de traducteurs automatiques. Un retour ? Contactez-nous

Interviews sur le Manifeste de l'UE

En mars, la Fondation Solar Impulse a publié son Manifeste pour l'Union européenne :Moderniser pour prospérer. Le Manifeste, qui compte sur la contribution de plus de 40 parties prenantes, est fondé sur la ferme conviction qu'une mise en œuvre efficace et résolue du Green Deal peut apporter et apportera de multiples avantages collatéraux. L'une de ces parties prenantes est Ocean Energy Europe. Nous avons rencontré son directeur général, Rémi Gruet, pour discuter du rôle de la finance dans ce domaine.

Solar Impulse : Le financement sera essentiel pour accélérer la transition. Il faudra mobiliser des fonds publics et privés. En ce qui concerne les fonds publics, l'Union européenne doit-elle égaler son concurrent mondial ou existe-t-il d'autres moyens pour l'UE de maintenir sa compétitivité mondiale ?

Rémi Gruet Rémi Gruet : L'innovation a toujours été un moyen sûr d'être compétitif au niveau international et d'éviter de voir le marché européen inondé par des produits fabriqués sans se soucier des règles sociales, environnementales et climatiques. Les technologies innovantes peuvent permettre de réaliser des progrès et de fabriquer en Europe des produits et des infrastructures qui résistent aux menaces de dumping ou de subventions venant de l'étranger. L'énergie marine en est un bon exemple, avec 80 % de contenu national et 100 % de contenu européen dans toutes les machines que le secteur a mises à l'eau jusqu'à présent.

Le financement public est essentiel pour attirer les investissements privés. Dans le cas des fermes marémotrices ou houlomotrices, le financement public réduit le besoin global de capitaux privés, ce qui facilite la recherche des investissements restants. Il permet également d'éviter les intérêts des prêts ou les dividendes des actions qui peuvent s'élever à 50 % du coût des kWh par rapport aux projets qui seraient financés uniquement par le secteur privé.

En ce qui concerne les financements privés, comment les mobiliser ? Quels sont les obstacles actuels et comment les surmonter ?

Le financement privé a besoin d'une analyse de rentabilité. Sans subvention publique, il n'y a pas d'analyse de rentabilité pour les énergies renouvelables innovantes qui ne sont pas encore commercialisées, comme l'énergie des vagues ou l'énergie marémotrice. Le secteur a récemment connu une vague d'investissements privés de la part de compagnies d'électricité et d'entreprises pétrolières et gazières, toutes désireuses d'explorer ce nouveau marché. Cela s'est produit juste après que le Royaume-Uni a accordé une subvention par kWh d'énergie marémotrice produite et que la France a également subventionné une grande ferme pilote, tandis que l'Union européenne injectait des fonds dans des projets d'énergie marémotrice et houlomotrice. Une coïncidence ? De toute évidence, non.

Pouvons-nous continuer à subventionner et à financer les combustibles fossiles tout en augmentant le financement des technologies propres ? Est-ce cohérent ? Quels sont les obstacles à l'arrêt des subventions et du financement des projets fossiles ?

Les subventions aux combustibles fossiles doivent cesser, mais au-delà des subventions, tout investissement dans les combustibles fossiles doit cesser, dès que possible. L'Europe ne peut pas continuer à bloquer les investissements dans les infrastructures pour les combustibles fossiles qui deviendront des actifs abandonnés dans les années à venir. L'abandon actuel du gaz, et pas seulement du gaz russe, est judicieux. Plus de 90 % du pétrole et du gaz de l'UE sont importés, ce qui fait des investissements et des subventions pour ces technologies essentiellement un outil de pression politique de l'extérieur, comme nous l'avons clairement vu récemment avec l'Ukraine.

Bien sûr, le charbon reste un secteur socialement sensible dans certains pays de l'UE et il faut veiller à ce que les programmes de formation/qualification puissent aider les travailleurs du charbon à se tourner vers des emplois dans le domaine des énergies renouvelables. Les gouvernements doivent donner une forte impulsion pour que cela se produise : "Nous avons toujours extrait du charbon" ne peut pas être une excuse valable pour ne pas passer à des énergies renouvelables respectueuses du climat et produites localement.


Ecrit par Alessandro Gaillard le 3 avril 2024

Vous aimez cet article ? Partagez-le avec vos amis !